Célébrez avec nous le 30e anniversaire de Cefora

Kristian Vandenhoudt

Vice-président des ressources humaines - Atlas Copco

NL

The future of work, the future that works

L'autonomie allant de pair avec davantage de responsabilités à l’égard des employés constitue une valeur fondamentale aux yeux de l'entreprise suédoise Atlas Copco.

En sa qualité de vice-président des ressources humaines de la « Compressor Technique Service Division », Kristian Vandenhoudt joue un rôle à la fois stratégique et opérationnel, tant au niveau mondial que local.

Au sein d’un environnement de plus en plus volatile, incertain, complexe et ambigu, il est crucial de mettre en place un environnement de travail qui soit en corrélation étroite avec les défis actuels. Cet environnement, caractérisé par la volatilité, l’incertitude, la complexité, et l’ambiguïté, existait déjà avant la crise du coronavirus COVID-19, laquelle est plutôt un signal d'alarme et ne sera probablement pas la dernière.

À cet égard, Kristian Vandenhoudt pense que l'organisation du travail dont nous avons besoin pour atteindre cet objectif doit veiller à placer les personnes au cœur des préoccupations, tout en mettant plus que jamais l’accent sur la formation continue, ce qui leur permet de garder leur autonomie. La fonction relative aux ressources humaines va devenir de plus en plus vitale pour l’entreprise en vue de faciliter l’ensemble de ce processus de transformation. Il en résulte ainsi un « travail faisable et maniable ». Par ailleurs, la révolution technologique ne doit pas être envisagée comme une source d’inquiétude, mais plutôt comme une invitation à adopter la transformation numérique.

De quelle façon ? En offrant à chaque employé davantage d'autonomie, combinée à une certaine dose de responsabilité. « Nous avons constaté que plus les équipes disposent d'autonomie, plus la culture de leadership inspirant s’avère nécessaire. Le travail sur la culture doit passer au premier plan », nous détaille Kristian Vandenhoudt.

Par ailleurs, ce dernier nous explique que les ressources humaines sont essentiellement au service de l'entreprise ; c'est la raison pour laquelle Atlas Copco se concentre sur l'expérience de ses employés, qui détermine en fin de compte l'expérience du client.

Au niveau de sa division mondiale qui compte quelque 8.400 personnes, l’accent est mis, entre autres, sur la réduction du temps d’acquisition des compétences, à savoir le temps nécessaire afin de disposer d’employés compétents mais également engagés. Dans ce cadre, les priorités sont les suivantes : un processus de recrutement proactif qui prend également en compte les compétences futures, le développement des talents et l'augmentation de l’implication des employés.

Au niveau local, une attention particulière est accordée à la compétitivité de la filiale de Wilrijk, et donc aussi à l'expérience des employés qui est cruciale, non seulement pour les employés actuels, mais également pour les nouveaux talents.

Kristian Vandenhoudt

Vice-président des ressources humaines - Atlas Copco

NL

The future of work, the future that works

L'autonomie allant de pair avec davantage de responsabilités à l’égard des employés constitue une valeur fondamentale aux yeux de l'entreprise suédoise Atlas Copco.

En sa qualité de vice-président des ressources humaines de la « Compressor Technique Service Division », Kristian Vandenhoudt joue un rôle à la fois stratégique et opérationnel, tant au niveau mondial que local.

Au sein d’un environnement de plus en plus volatile, incertain, complexe et ambigu, il est crucial de mettre en place un environnement de travail qui soit en corrélation étroite avec les défis actuels. Cet environnement, caractérisé par la volatilité, l’incertitude, la complexité, et l’ambiguïté, existait déjà avant la crise du coronavirus COVID-19, laquelle est plutôt un signal d'alarme et ne sera probablement pas la dernière.

À cet égard, Kristian Vandenhoudt pense que l'organisation du travail dont nous avons besoin pour atteindre cet objectif doit veiller à placer les personnes au cœur des préoccupations, tout en mettant plus que jamais l’accent sur la formation continue, ce qui leur permet de garder leur autonomie. La fonction relative aux ressources humaines va devenir de plus en plus vitale pour l’entreprise en vue de faciliter l’ensemble de ce processus de transformation. Il en résulte ainsi un « travail faisable et maniable ». Par ailleurs, la révolution technologique ne doit pas être envisagée comme une source d’inquiétude, mais plutôt comme une invitation à adopter la transformation numérique.

De quelle façon ? En offrant à chaque employé davantage d'autonomie, combinée à une certaine dose de responsabilité. « Nous avons constaté que plus les équipes disposent d'autonomie, plus la culture de leadership inspirant s’avère nécessaire. Le travail sur la culture doit passer au premier plan », nous détaille Kristian Vandenhoudt.

Par ailleurs, ce dernier nous explique que les ressources humaines sont essentiellement au service de l'entreprise ; c'est la raison pour laquelle Atlas Copco se concentre sur l'expérience de ses employés, qui détermine en fin de compte l'expérience du client.

Au niveau de sa division mondiale qui compte quelque 8.400 personnes, l’accent est mis, entre autres, sur la réduction du temps d’acquisition des compétences, à savoir le temps nécessaire afin de disposer d’employés compétents mais également engagés. Dans ce cadre, les priorités sont les suivantes : un processus de recrutement proactif qui prend également en compte les compétences futures, le développement des talents et l'augmentation de l’implication des employés.

Au niveau local, une attention particulière est accordée à la compétitivité de la filiale de Wilrijk, et donc aussi à l'expérience des employés qui est cruciale, non seulement pour les employés actuels, mais également pour les nouveaux talents.

11:00 - 12:00